Uvalva, pour des lèvres fluorescentes

par Clémentine & Jessica Posté le 03-04-2016



Bonjour Bonjour UVulva, ça fait un petit moment qu’on se connaît et pourtant nous n’avons encore jamais parlé de vous!




Tout d’abord, qui êtes-vous, combien êtes-vous ? Pourquoi vous dites-vous minicollectif ? (mot le plus mignon au monde)

Nous sommes deux filles, et on travaille ensemble à la manière des collectifs d'artistes. On a nos propres univers et chacune a son « truc » mais la collaboration nous réussit très bien ! Et bon, comme on est justement QUE deux, on s'est dit que minicollectif ce serait plus approprié. Et puis c'est vrai que c'est un nom beaucoup trop chou !

Qu’est ce que Uvulva ? Et pourquoi ce nom ?

UVulva est la contraction de UV et Vulva, et c’est un projet de peinture fluorescente sur vulves. Facile, non ?

Pourquoi vous êtes-vous lancées dans ce projet ?

La génitalité est l'objet de nombreux tabous, c'est encore plus vrai en ce qui concerne le sexe féminin. Le peu de représentations qu'on en fait, surtout si on compare avec le pénis, sont issues de clichés esthétiques qui rendent « moches » la majorité des « vraies » vulves. On s'est lancées là-dedans parce qu'on voulait mettre un bon gros coup de projecteur sur les vulves qui sont, par nature, difficiles d'accès.

Mais comment vous est venue cette idée ?

C'était lors d'une soirée « Fluo » organisée pour l'anniversaire d'un ami. Il avait installé des néons partout et il y avait un atelier maquillage pour visage dans la salle de bain. On s'est maquillées mutuellement et dès que nous sommes sorties de là et qu'on s'est vues briller de mille feux dans le noir, on a crié en même temps « Mais ce serait SUPERBE sur une chatte !! », comme si cette idée était vraiment logique pour nous deux... et une semaine plus tard on avait acheté tout le matériel. Quand on raconte cette histoire, les gens ne comprennent pas comment on a pu penser que c'était si évident, alors que nous, on a fouillé Google pendant deux jours parce qu’on n’arrivait pas à croire que personne n'ait jamais fait ce travail publiquement. C'est cette complicité entre nous qui nous permet d'ailleurs de nous peindre mutuellement en toute confiance.

Avez vous une cible ? Femme homme ? Ou tout le monde est le/la bienvenu·e ?

Pour l'instant (et pour des raisons pratiques), notre travail photographique se focalise sur la génitalité féminine. Par contre, nous avons déjà donné un workshop pour un festival (et un deuxième est en préparation...) où nous avons accueilli des hommes. Toujours dans le même but, faire accepter et mettre en lumière tous les physiques et toutes les génitalités.

Quel est votre but avec ce projet ?

Certaines personnes ont de la peine à poser leur regard sur une vulve nue et crue. Le sexe est l'objet de nombreux tabous, en particulier le sexe féminin. En les peignant ainsi et en les mettant en lumière de manière éclatante, surexposées, nous espérons aider à poser un regard différent sur ces vulves, les faire accepter et les aimer. On veut réussir à faire oublier le support pendant un instant pour mettre les spectateurs à l'aise avec la génitalité de manière un peu détournée.

Pourquoi des vulves ? Proposerez-vous bientôt des pénis ou des tétons ? (Oui ou non et pourquoi ?)

Parce que nous sommes deux femmes et que nous avons entamé ce projet ensemble, donc il y a des raisons purement pratiques. Et puis nous sommes féministes et engagées, au même titre que nous défendons le mouvement sex-positif, donc il y aura clairement une suite mais laquelle... l'avenir nous le dira !

Vous considérerez-vous comme féministes ?

Oui, c'est clair ! On utilise nos corps, on s'expose volontairement nues, on le fait sans complexes et on interroge les gens sur leur vision des vulves. Pour nous, c'est une démarche féministe. UVulva n'est d'ailleurs pas notre seul projet. Nous avons aussi cofondé une association pour la promotion du plaisir et de la santé sexuelle féminine, entre autres...

Quel est votre rapport au corps ? Et à la femme ? Y a t-il une différence entre ces corps artistique et les vôtres/les nôtres ?

On a un rapport assez décomplexé au corps. La nudité ne nous fait pas peur et on a déjà participé à des projets artistiques qui impliquent une nudité totale ou partielle, et nous en avons encore quelques-uns sur le feu. Et puis la femme... Ah ! La femme ! Et puis ces « corps artistiques », comme vous dites, sont les nôtres, donc il n'y a aucune différence entre eux et nous, ni même entre vous et nous. La seule différence, c'est le maquillage et l'exposition.

Quel est donc votre rapport à l’esthétique ?

Il est personnel, comme il devrait l'être pour tout un chacun. Il n'y a pas de beau ou moche, il n'y a que « ce qui me touche » et « ce qui me déplaît ». On utilise le fluo parce qu'on trouve ça magnifique, la luminosité de cette peinture offre des perspectives vraiment très intéressantes et donne un éclat à notre travail. La vulve parce que nous souhaitons la rendre belle. Ce choix est finalement basé sur l’esthétique et sur notre militantisme féministe et body positive.

Comment contrez-vous les pensées du genre : la beauté au naturel ?

On aime bien dire que nous ne controns rien, mais plutôt qu'on essaie de rétablir l'ordre naturel des choses. On essaie de revenir à un état culturel où TOUTES les parties du corps ne doivent pas répondre à des critères esthétiques gender-normés.

Êtes vous dans une lignée du body positive ?

Absolument ! Pour nous il ne peut y avoir un modèle de corps dit « beau » car chaque corps est différent. Ce qui rend un corps beau c'est le fait que la personne se sente bien dedans.

Pourquoi ce choix artistique très osé ?

On consent à dire que la vulve est un sujet « sensible »... De là à dire que c'est osé, c'est une autre histoire. On a fait ce choix car nous ne voulions pas faire de compromis entre le message que nous voulions délivrer et la façon de l'emmener. Le rendu est direct et sans équivoque, comme notre propos.

Travaillez-vous avec des artistes ou des directeurs artistiques?

Non, on travaille toutes les deux ensemble et nous sommes nos propres directrices artistiques pour l'instant. On a une collaboration en cours avec deux réalisatrices extrêmement talentueuses mais ça, ça reste secret pour l'instant !

UVulva, ce n’est pas juste des photos, quoi de plus concrètement ?

UVulva c'est aussi des workshops que l'on propose, des live paintings, et même un peu de vidéo. On aimerait articuler notre projet autour de ces quatre piliers car on trouve intéressant qu'on puisse voir le rendu final avec les photos, mais aussi la conception des photos à travers le live painting, que les gens puissent s'approprier la démarche créative lors de nos workshops, et qu'ils puissent profiter du côté ludique et « tape à l'œil » avec la vidéo.

Peut-on y participer ? Se faire prendre en photo ? Si oui comment ?

On peut participer au projet, bien sûr. Nous essayons de voguer dans les festivals sex-positifs en Suisse et en France pour y donner des workshops. On a eu des propositions qu'on a malheureusement dû refuser, faute de temps, mais on promet de se rattraper dès l'automne ! On est ouvertes à toutes les propositions, même de privés, donc a priori tout est possible !

Un scoop pour un futur plus ou moins proche ?

On a effectivement des petites surprises qui se préparent par-ci, par-là... mais on peut vous livrer en exclusivité qu'on est entrain de préparer un projet assez colossal qui mettra en scène plusieurs dizaines de vulves que l'on va bientôt se mettre à chercher. D'ailleurs, vous là, oui... vous les lectrices ! Si vous voulez participer à un super projet, on a un super formulaire de contact sur notre site... ! (clin d'œil, clin d'œil)

Un projet en collaboration avec Junon, ça vous dirait ?

C'est pas que ça nous dit, c'est qu'on s'en réjouit !



GO GO on CLIQUE !




Pas de commentaire





Petits liens utiles

Le site qui donne envie ICI !

Une petite interview sonore par ici !