Secret Square – Comme un jeudi soir au stripclub

Comme un jeudi soir au stripclub ou comment se débarrasser des préjugés en mettant les deux pieds dedans « Oh tiens, quel est ce mail en provenance d’un stripclub ? Encore un spam tu penses…? » « Ah non ! » Après environ 87 secondes de googling, – un sport national dans le pays des stalkeuses d’où nous venons – nous voyons apparaître des images d’un cabaret des plus luxueux à deux pas de l’arc de Triomphe« Oh wooow !! » *yeux ébahis qui suivent les images des lieux qui défilent sur le site* Tout ce qui est brillant on adore, et en velours d’AUTANT PLUS ! Toutes éblouies que nous sommes, nous acceptons cette invitation. Nous voilà donc, trois petites dindes – oui parce que c’est bien ce que nous étions, mi-excitées mi-intimidées – à nous diriger à une heure tout à fait raisonnable vers…un club de strip-tease.

Sur le papier ce n’est peut-être pas l’after-work le plus féministe qui soit, mais il faut apprendre à se défaire de ses idées reçues ( F. les codes quuuuoi ). Nous avions déjà rencontré auparavant la très jeune et sympathique équipe de communication qui nous avait fait visiter les lieux, de jour, et nous avait expliqué leur démarche et leurs projets. Cette fois-ci, plongés dans une obscurité intimiste, les lieux nous paraissent encore plus beaux. C’est à peu près l’image mentale que l’on peut se faire d’un cabaret luxueux : fauteuils en velours rouge, plafond bas, un très beau bar éclairé, des voûtes, des bougies, et les fameuses deux barres de pole dance. Cet ancien théâtre abrite donc désormais un club privé ainsi qu’un restaurant « aphrodisiaque ». Nous nous installons à une table en compagnie d’Elsa, la responsable communication. Après avoir commandé nos cocktails de charme, nous voilà fin prêtes à analyser cet endroit et ce qu’il s’y passe.

Première remarque flagrante et pas des moindres, la salle est remplie à 90% d’hommes. Certains sont en petits groupes, d’autres sont sur des tables en train de dîner. Néanmoins nous ne sommes pas non plus les seules femmes, il y a quelques couples et des femmes dînent également à une grande tablée. Étant arrivées assez tôt au club, il est difficile de nous faire une idée globale de la population qui y vient plus tard (le club ferme à 4h). A ce moment-là, nous étions donc le seul groupe de femmes. Ce qui nous a fait réaliser à quel point, nous ne sentions pas de regards lubriques en notre direction, ni d’approches relou de « » » drague » » » . Certes, ce n’est pas le cas dans tous les bars, ni dans tous les clubs, mais ça peut vite devenir le cas lorsqu’un groupe de femmes se retrouvent dans un espace à majorité masculine, je ne vous apprend rien ;). Ici, nous nous sentions à l’aise (Blaise).

Maintenant, venons-en au fait, qu’est ce que ça fait de voir des femmes en petite tenue  danser sensuellement face à nous ? Est-ce que nous ressentons du malaise, un sentiment d’oppression sexiste, une gêne…? De mon point de vue personnel, qui dans l’ensemble était partagé par mes deux autres accompagnatrices, l’expérience fut agréable ! Je m’explique : alors oui évidemment, on ne peut arriver vierge de préjugés face à une nouvelle situation, surtout en vue des représentations de strip-tease que l’on nous habitue dans les films et séries, Mais il arrive, qu’avec un peu d’effort (juste un peu) l’on arrive à s’en détacher pour obtenir un regard neuf. La vision de ces femmes, toutes très belles, dansant, sur des musiques qu’elles avaient choisies, des chorégraphies qu’elles avaient répétées, était un spectacle visuellement très beau. Un mélange de femmes de différents horizons, de différentes tailles, aux corps différents, qui avaient en commun un sacré sens du mouvement. Je me suis rendu compte (ou du moins j’ai mis en pratique, ce que je validais dans la théorie) qu’il était possible d’apprécier la vision d’un corps, mouvant, et pourtant très peu vêtu (les danseuses qui sont en lingerie – très belle btw – lors de la seconde chorégraphie, finissent topless) sans pour autant sexualiser la situation. Il y avait quelque chose d’empowering* dans leur façon d’agir. Certes, elles profitent du système patriarcal qui fait que les hommes payent pour voir des corps de femmes, mais c’est en connaissance de cause, et honnête.

Ce n’est là que mon point de vue, qui s’apparente à une approche sex-positif* du féminisme, mais cette visite du jeudi soir au strip-club, fut agréable autant du point de vue du spectacle qui nous était proposé que de la réflexion qui en découle. Un corps de femme, même nu, n’est pas forcément soumis et sexualisé par le regard de l’autre. Il peut être, au contraire, un élément de force. Tout réside donc dans le respect qu’on lui attribue, à bon entendeur.se, les préjugés à la poubelle et vive la belle lingerie !

« Surprise à venir avec Secret Square, restez co avec nous et le club : ICI  !! »

 

SECRET SQUARE:

27 Avenue des Ternes,

75017 Paris

Laisser un commentaire