Il est entré sans frapper

Par Silvia

Nous avons tous, à un moment ou à un autre, eu quelqu’un qui est rentré chez nous sans frapper, ni sonner, ni crier : « Eh oh c’est ok je peux rentrer ? »
Cette intrusion dans son intimité, je sais pas vous mais moi, je n’aime pas ça.
Et encore moins quand ça concerne… mon cul.

C’était il y a maintenant quelques mois, je flirtais avec un ami, une brève connaissance de passage dira-t-on. Et puis le flirt est vite devenu sexuel.
Il m’a invité chez lui très gentiment, nous avons beaucoup discuté, et pouf ! Sans que je me rende compte de rien, il était déjà minuit et nous étions en pleins préliminaires.

(Oh non !! Pas d’inquiétude, ce n’est qu’une expression, j’étais consciente et consentante ! Ceci n’est pas une histoire de GHB, mon Dieu non ! Ça, c’est une histoire que je raconterai plus tard !)

Enfin bref, on commence à coucher ensemble, rien de bien foufou, il était tout contre moi, c’était un moment très sensuel, très agréable, on était très connectés.
Nous avons changé de position plusieurs fois avant d’en arriver à la levrette.
Trop excité à mon avis, il était prêt à me pénétrer de nouveau, quand…
Oh fichtre…
Il ne l’a pas mise dans le bon trou…
Oh fichtre, que j’ai mal…
Je n’ai rien dit, lui non plus et nous avons continué comme ça quelques minutes, mais je me suite vite retournée pour lui faire face et faire comme si de rien n’était.
Bref, nous avons fini nos petites affaires, puis nous nous sommes couchés. J’ai dormi dans ses bras, les fesses serrées jusqu’au lendemain, pour vous dire quelle nuit agréable j’ai passé !!!

Le lendemain je suis partie tôt, comme une voleuse, je ne voulais pas que ça dérape comme la veille !
Je me suis mise au volant de ma voiture, me suis assise avec un peu de mal et suis rentrée chez moi.
Dans la douche, l’eau chaude coulait sur mon corps, et je me disais : « Ça y est, mon cul est dépucelé. »
Je ne savais pas si j’étais contente ou non, c’était fait, mais je n’avais ressenti aucun plaisir… si seulement il m’avait prévenue, qu’on s’était préparés, qu’on avait fait ça en douceur, peut-être aurais-je aimé ça.

Mais bon maintenant que c’est fait, c’est fait ! Et je sais que je ne recommencerai pas !
Et vous ?

 

Laisser un commentaire