Les monologues du vagin

par Amélie-Poulin

Junonien, Junonienne, si tu ne connais pas encore Les Monologues du vagin, je compte bien réparer cette erreur !

Ce bouquin génialissime est avant tout une pièce de théâtre créée en 1996 par Eve Ensler, féministe et dramaturge américaine.
Bon tu l’auras compris, le sujet c’est le VAGIN.
Il faut avouer qu’il y a 20 ans, on n’en parlait pas autant qu’aujourd’hui, et que, pour le coup, ce genre de livres n’était pas courant. Bon, aujourd’hui, des navets sans intérêts inondent le marché du livre et on les adapte même au cinéma mais bon, c’est un autre sujet…
Bref, on a fait du chemin sur ce plan là, mais la sexualité de la femme reste encore un tabou dans notre société. Voilà pourquoi il est important de lire ce livre qui pourrait aussi s’intituler « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le vagin ».

Pour écrire Les Monologues du vagin, l’auteure a recueilli plus de 200 témoignages de femmes de nationalités, religions et âges divers.
Elle incite les femmes à parler de leur vagin et à le personnifier, leur demande ce que dirait leur vagin s’il pouvait parler, ou comment il s’habillerait… De leurs réponses naissent des témoignages authentiques et fascinants, on découvre par exemple la sexualité des femmes musulmanes ou bien celle d’une septuagénaire.

Que ce soit clair, la démarche de l’auteure est très féministe, et à mes yeux plus que louable. Elle souhaite lever les tabous qui entourent la sexualité féminine pour que les femmes n’aient plus honte de parler librement de la sexualité dans tous ses aspects. Mais au delà du côté féministe du livre, il y a donc toute une dimension libératrice qu’il est essentiel de comprendre.
Cette pièce symbolise le combat de son auteure, qui vise à mettre fin aux violences contre les femmes et les jeunes filles et à sensibiliser l’opinion publique à ces problèmes. Violée par son père pendant sa jeunesse, Eve Ensler a créé la fondation V-Day pour lutter contre les violences faites aux femmes dans le monde entier. La pièce a été traduite en 46 langues et interprétée dans plus de 130 pays, toutes les recettes ont été reversées à la fondation.

Quant à moi, j’ai lu Les Monologues du vagin en pleine adolescence, et donc au début de ma vie sexuelle. Ça a été un gros coup de cœur et ça m’a beaucoup aidée à me décomplexer, à me sentir sur un pied d’égalité avec mon partenaire. Car ce n’est pas parce que le vagin n’est pas un organe aussi visible qu’un sexe d’homme, qu’il n’existe pas ou doit être ignoré ! Il m’a évidemment sensibilisé aux violences faites aux femmes et à la place de la sexualité dans les différentes cultures. J’en tire une réelle réflexion et une vision nouvelle. Ce livre sans tabou est une perle, utile pour une meilleure compréhension de soi, des autres et du monde.

À lire d’urgence !

Laisser un commentaire