L’art de jouir, Julien Offray de La Mettrie

Par Clémentine

« Elle y porte la main en tremblant, elle le caresse, elle en ignore l’usage, elle ne comprend pas pourquoi son cœur bat si vite, elle ne se connaît presque plus. »
Détrompe-toi, ce n’est pas un extrait de 50 nuances de Grey, mais d’un court ouvrage publié en 1751, sur le thème de la volupté.

Écrit comme une longue lettre destinée à une femme, l’auteur prône par la philosophie les bienfaits de la volupté et brise ainsi tout ce qui se disait à cette époque.
Contrairement à cette philosophie qu’il dit « froide », il exprime son point de vue sur le plaisir, les réactions du corps et son désir, que cela ne cesse jamais :
« Mais plus heureux Prométhée, que j’y puise ce feu sacré de la volupté́, qui dans mon cœur, comme dans son temple, ne s’éteigne jamais ». Un texte pas si simple à lire je dois l’avouer mais qui vaut le coup de s’y attarder un peu. Pour toutes les philosophes, celles qui ne sont pas encore convaincues que la « volupté » c’est la base.

Laisser un commentaire